Multinationales : après nous… le déluge climatique

 

Le rapport est paru aux Etats unis. Il émane de l’ONG Corporate Accountability (CAI). Il met à jour que les multinationales et plus particulièrement celles des énergies fossiles ont fait main basse sur les négociations sur le climat placées sous l’égide des nations unies.

 

Depuis le début celles-ci se voient court-circuitées par les plus gros pollueurs de la planète afin de « favoriser leurs intérêts sur ceux de la majorité de la population mondiale qui vit dans les pays en développement. »

 

Le lobbying est à l’œuvre et pour exemple, l’industrie du gaz y  a consacré près de 100 millions d’€ en 2016.

 

Pour les capitalistes, la vie humaine n’a vraiment que très peu d’intérêt au regard de leurs profits financiers. S’il  y a bien une seule  chose qui ne change pas chez les requins de la Finance c’est cette maxime absolue : Après nous le déluge !

 

Sauf qu’aujourd’hui c’est le sort de la planète et de ses habitants qu’ils mettent en jeu, une planète qui vomit leurs pollutions par tous ses pores.

 

Tamar Lawrence-Samuel de Corporate Accountability, co-auteur du rapport aux côtés de quatre experts mondiaux de la justice climatique a déclaré :

 

« Les grands pollueurs se sont insinués dans presque tous les aspects de la CCNUCC  (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques NDLR) Si nous n’y mettons pas fin maintenant, les lobbyistes et les délégués représentant les intérêts de l’industrie veilleront à ce que l’accord de Paris promeuve les stratagèmes financiers des plus gros pollueurs du monde, au lieu de les combattre ».

 

Oui, Il est temps que tous ensemble, par notre engagement collectif, nous mettions les vautours financiers  hors d’état de nuire à l’humanité et à sa planète.