Déconfiture pour la culture

Le document est estampillé "ministère de la culture". Il livre les intentions de Macron et de son gouvernement sur le sujet : "dézingage à tous les étages". Il s'agit d'économiser; de sous-traiter, de livrer au privé, de licencier, de réduire les archives, de démanteler les statuts et les régimes spéciaux, de concentrer, de réduire l'offre d'information.

 

"Cinq chantiers de réforme" sont annoncés dont le crédo est le moins disant culturel, la restriction de la création au profit de la diffusion et de la rediffusion. Seul objectif: é-co-no-mi-ser pour  satisfaire la réduction des dépenses publiques réclamée par l'union européenne.

 

Mais la déconfiture promise à la culture est telle que les auteurs du projet s'inquiètent quand même de "sa soutenabilité politique",  de "l'acceptabilité sociale" , de "la mobilisation des historiens", du "risque social en interne", de "l'adhésion des collectivités", "des risques de très fortes réaction des personnels et des élus locaux".

 

Face à  cette entreprise destructrice les propos de Jack Ralite résonnent comme une urgence : "il faut mettre fin à la mise sous tutelle des affaires de l'esprit par l'esprit des affaires". Agissons  pour cela !