Fraude fiscale : les ficelles et les cordes

En matière de lutte contre la fraude fiscale  et comme mesure emblématique, le 1er ministre vient de déclarer, lors de la séance des questions au gouvernement de l'assemblée nationale: "Nous souhaitons faire en sorte que les fraudes les plus graves, voire les peines et les sanctions prononcées, soient publiées".

 

Ben oui ça, ça ne coute pas cher et pendant ce temps là, le même personnage continue a supprimer par milliers les emplois aux Finances publiques (encore une quinzaine dans l'Indre cette année) c'est à dire qu'il ampute  les moyens de lutter contre la dite fraude fiscale.

 

Et avec la loi sur le droit à l'erreur qui vent d'être votée par la majorité "macronnienne" à l'assemblée nationale et qui ouvre la porte à une augmentation des comportements frauduleux, la panoplie s'étoffe de ceux qui veulent  échapper à  la contribution au bien commun.

 

Quant au plan de départs volontaires pour se débarrasser de 120 000 fonctionnaires annoncé hier par le gouvernement, il constitue une belle cerise sur le gâteau des plus riches. Ceux là n'ont pas besoin des services publics. ils peuvent se payer  écoles privées, cliniques privées, services de sécurité privés, etc ... 

 

 Macron et ses sbires apparaissent décidément très forts dans l'art des tours de passe-passe ...

 

Mais à force de tirer sur des ficelles aussi grosses que des cordes...