22 mars, vent nouveau

1500 dans les rues de Châteauroux, 500 000 à travers toute la France ! Les mobilisations d'hier s'avèrent d' incontestables  réussites.

 

L'attente prudente de début de règne face au nouveau locataire de l'Elysée, la sidération devant la brutalité de sa politique anti-sociale commencent à se dissiper.

 

Des salarié-e-s du privé passé-e-s à la moulinette de la liquidation du code du travail aux personnels des hôpitaux et des EPHAD, des retraité-e-s aux cheminots, des  écoles à la pénitentiaire et à la justice...la liste des conflits ne cesse de croitre et l'addition pourrait bien devenir convergence tenace, à l'image de cette journée du 22 mars.

 

Certes, toutes les divisions ne sont pas surmontées. Des usagers croient encore que les cheminots sont des privilégiés ou que c'est en cassant l'outil SNCF qu'on s'en servira mieux. D'autres qui galèrent dans le privé se persuadent encore que c'est la vie de château pour les fonctionnaires. Certains s'obnubilent sur les avantages supposés du voisin et perdent de vue la cause essentielle de leur propre sort : l'accaparement des richesses par une minuscule minorité qui contrôle le grand capital.

 

Mais la journée d'hier va conduire des centaines de milliers de grévistes et de manifestant-e-s à croiser leurs combats et à s'adresser aux citoyens-ne-s pour défendre ensemble  leurs biens communs, leurs besoins partagés, leur droit à l'égalité et à la justice sociale. C'est la un élément essentiel ! Vent nouveau...