Macron à Strasbourg : "Somnambule quand même"

Le Président vient de s’exprimer devant le Parlement européen affirmant son refus d’appartenir à « une génération de somnambules ».

 

Mais tout dans son discours est dangereux pour la paix, la démocratie et la coopération des peuples européens. Il ne suffit pas d’appartenir à une nouvelle génération pour avoir des idées neuves.

 

 

La forme était choyée. Les mots de « souveraineté », « démocratie », « protection », utilisés jusqu’à l’overdose. Mais les propositions concrètes consistent à poursuivre l’agenda néolibéral de ses prédécesseurs : orthodoxie budgétaire, poursuite des libéralisations, dumping social, remilitarisation du continent. Et on ne parle pas du simulacre de démocratie dont le verrouillage des conventions citoyennes en France est symptomatique.

 

Tous les ingrédients sont là pour aggraver le rejet de cette Union européenne par les peuples, et pour nous emmener dans de nouvelles tourmentes.

 

 

Pour rendre leur souverainetés aux peuples, pour protéger les travailleurs.ses et les secteurs stratégiques, il faut rompre avec la primauté accordée aux intérêts des marchés sur les intérêts populaires. Ces derniers s’expriment avec fracas dans les facs, les hôpitaux et les EHPADs, à la SNCF, sur les barrages hydrauliques, dans la 4e vague féministe, dans la solidarité avec les migrants.

 

 

Pour combattre la politique de Macron, en France comme en Europe, le PCF appelle à l’unité des forces progressistes dans la rue et à travers une plateforme et une liste issues des luttes aux élections européennes.