On va y arriver !

 

La tactique est maintenant connue qui vise à anesthésier le mouvement social : taper partout très fort, multiplier le pseudo-reformes, miser sur un salariat  éclaté  face à un capitalisme ravageur, prendre appui sur des médias qui prêchent  la résignation et le repli sur soi.

 

Chef d’orchestre de cette stratégie, Macron joue sur tous les divisions possibles et se pose en pourfendeur des acquis sociaux. Les moyens mis en œuvre sont considérables, la démocratie régulièrement bafouée.

 

Et pourtant… La guerre antisociale menée par le président des riches n’est pas une promenade de santé.  On ne manipule pas les consciences aussi facilement.  Et surtout on ne peut travestir à l’infini  les douloureuses réalités concrètes que fait vivre la politique « macronnienne » à des millions de nos concitoyens.

 

Les cheminots sont à pied d’œuvre dans la contre-offensive du monde du travail. La solidarité autour de leur lutte pour la sauvegarde du service public ferroviaire s’étoffe chaque jour. Rassemblés hier soir à Châteauroux devant la gare, des salariés actifs et retraités l’ont une nouvelle fois démontré.

 

Mais d’autres encore, dans de nombreux secteurs professionnels,  s’engagent, cherchent les moyens  du rassemblement et de l’action commune  pour faire valoir les attentes sociales des salariés et les revendications. Celles-ci sont autant de contre poisons et de solutions à l’affairisme financier qui pollue toute la société.

 

Le creuset pour la mise en œuvre d’une politique nouvelle se trouve là : dans le  regain de conscience des intérêts communs du plus grand nombre, dans le rassemblement autour de solutions concrètes et dans l’élargissement des luttes sociales.

 

Ça prendra le temps qu’il faut, mais on va y arriver !