17 NOVEMBRE : UNE COLERE LEGITIME QUI APPELLE DES REPONSES CONCRETES

Le 17 novembre, de nombreux citoyens se mobiliseront contre la hausse du prix des carburants. Nous comprenons leur colère et leur exaspération, colère de subir un véritable holdup up fiscal en faisant peser sur eux une fiscalité maquillée en vert. Taxer davantage les plus modestes permet au gouvernement Macron de compenser tous les cadeaux faits depuis des mois aux plus riches (disparition de l’ISF, 99 milliards d’euros offerts aux grandes entreprises via le CICE sans réel effet sur l’emploi).

 

Oui il faut prendre des mesures urgentes pour lutter contre la pollution atmosphérique et le réchauffement climatique ! La planète est en danger. Il est temps d’arrêter de faire payer les Français et Françaises et s’attaquer aux lobbys, et faire payer ceux qui en sont responsables comme Total, les sociétés d’autoroute, les constructeurs automobiles qui n’ont pas respecté les contrôles de pollution.

 

Si la colère est légitime, elle ne suffit pas. Il faut s’attaquer aux causes du mal, se battre pour la justice fiscale, le plein emploi, la hausse des salaires et des pensions. C’est possible et le PCF fait des propositions en ce sens. Il faut en finir avec les dogmes de l’économie libérale, du tout pour les riches. Cette politique est incompatible avec l’écologie, avec la préservation de l’environnement. Il n’y aura pas de révolution écologique sans révolution sociale.

 

Les initiateurs de ce mouvement affirment ne vouloir d’aucune récupération politique de leur mouvement. Cela peut s’entendre.

 

 

Il est néanmoins du devoir des organisations politiques de formuler des propositions répondant concrètement aux problèmes posés.

 

 

Et ce n’est certainement pas du côté de la droite et de l’extrême droite, toujours rangés du côté des riches et des puissants que les victimes de la politique « macronnienne » trouveront les réponses à leurs difficultés.

 

Pour sa part, sur ces sujets Le Parti Communiste Français fait plusieurs propositions, car contrairement à ce que dit Edouard Philippe, nous avons le choix :

 

  • Taxer le kérosène qui ne l’est pas aujourd’hui ainsi que les croisiéristes
  • Taxer Total et ses 10 milliards de profits (stopper leur forage offshore en Guyane)
  • Cesser de fermer les petites lignes de trains et les gares
  • Développer les transports publics et la gratuité des transports
  • Mettre en place une TVA de 5.5% sur les transports en commun et les voitures propres.

 

Et n’oublions pas, les racketteurs ne sont pas uniquement au gouvernement, ils sont aussi dans les conseils d’administration des multinationales et dans les bureaux de la bourse et des banques.