Bienvenue sur le site de la Fédération de l'Indre du Parti Communiste Français


 

Alvance Wheels sacrifié sur

l’autel du profit financier

 

 

 

La réunion du jeudi 14 octobre en préfecture de l’Indre et l’annonce de l’absence de solutions d’avenir pour Alvance Wheels à Diors plonge légitimement les salariés dans l’inquiétude et la colère. Ce sont en effet 280 salarié-e-s et leurs familles qui sont sur le sellette, sans compter l’impact sur les sous-traitants.

 

L’hypothèse d’éventuels  repreneurs a fait long feu ! Et pour cause car le 1er enjeu c’est que Renault et Peugeot garnissent le carnet de commande de l’entreprise. Au lieu de ça, pour la seule recherche du profit financier maximum, au mépris des salariés et de leur savoir -faire,  à contre-courant des exigences écologiques qui appellent aux circuits courts, ces deux groupes industriels s’en vont exploiter le travail humain  au Maroc et en Turquie tout en polluant ces pays.

 

Et ce sera en d’autres lieux si le fric est au rendez-vous ! Cela est insupportable !

 

Le second enjeu n’est pas le moindre et c’est le point de vue défendu par les communistes depuis le début :

 

1 l’Etat est actionnaire majoritaire dans Renault et gave d’argent public Renault et Peugeot . Il a donc tout pouvoir et toute légitimité pour contraindre les deux groupes à faire fabriquer leurs jantes à Diors.

 

2) l’intégration d’Alvance Wheels au groupe Renault doit être mis  en perspective. Ce serait un bienfait pour l’industrie métallurgique française comme pour ses salariés.

 

 A aucun moment, Macron et son  gouvernement, serviteurs d’un  capitalisme qui broie les femmes et les hommes  n’ont choisi cette voie pas plus que leurs soutiens Locaux. Les larmes de crocodile des Jolivet, Averous, Forisser et consorts ne peuvent plus faire illusion ! De fait, ils ont d’ores et déjà fait une croix sur  la dernière fonderie de jantes aluminium existante en France.

 

Dans cette épreuve, les communistes sont bien évidemment aux cotés des salariés. Ils continueront inlassablement à agir et à militer en faveur d’un plan de développement de l’industrie en France  qui intègre la nécessaire transition écologique et développe l’emploi.

 

Châteauroux, le 15 octobre 2021

 


Mercredi 13 octobre : les communistes sont allés à la rencontre des salariés d'Alvance Wheels fabricant de jantes alu et leur syndicat CGT. Dominique Boué secrétaire de la Fédération du PCF et conseiller régional et Danielle Faure conseillère communautaire ont rappelé que dès le mois de mai ils avaient demandé une intervention de l'Etat auprès du principal donneur d'ordre de l'usine de Diors: Renault dont l'Etat est actionnaire et qui a bénéficié de 5 milliards d'euros d'argent public. Fabien Roussel député, secrétaire national du PCF et candidat à la présidentielle est intervenu auprès du gouvernement avec la même exigence.

 

Malheureusement depuis plusieurs mois le gouvernement Macron avec ses députés dont François Jolivet ont, contrairement à leur discours, fait le choix de la poursuite de la casse de nos industries.

Les salariés ont fait part de leur inquiétude et de leur pessimisme.

 

Pourtant Alvance peut vivre avec tout ses emplois et se développer en faisant le choix de la raison, le choix du social et de l'écologie en imposant à Renault et aux donneurs d'ordre de passer commande chez Alvance Wheels. Macron et son gouvernement  disposent de tous les pouvoirs pour cela !

 

Cette rencontre fut aussi l'occasion de présenter les propositions du candidat communiste Fabien Roussel à l'lélection présidentielle  


 

Disparition de Michel Etievent : Continuer le combat de ce « fils d’usine »

 

C’est avec une grande émotion, un profond sentiment de tristesse et de perte que j’ai appris la disparition brutale de notre camarade Michel Etievent. Je pense d’abord à sa famille, à sa Lysiane, à son Aurélien, le «colporteur de rêves» dont il était si fier, à toutes «les petites gens» de sa vallée de la Tarentaise dont lui, «le fils d’usine» était l’ami et pour l’amour desquels il était devenu et poète et conteur.

 

 

 

Ce journaliste communiste, qui disait avoir appris le métier à l’Humanité dont il fut le correspondant, alimentant dans les années 70, la rubrique «luttes» de reportages sur les conflits ouvriers, la rubrique sport au moment des Jeux d’Albertville, était devenu le biographe d’Ambroise Croizat. Sa biographie «Ambroise Croizat ou l’invention sociale» est un livre de référence pour le mouvement ouvrier. Conférencier, cet ardent défenseur de la sécurité sociale répétait inlassablement que «chaque Français possède une carte du parti communiste en poche. C’est la carte vitale qui donne la plus grande dignité à tous. Cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins». Michel avait également fait sienne l’affirmation d’Ambroise Croizat « Nous devons parler de conquis sociaux et non d’acquis car le patronat ne désarme jamais».

 

Écrivain, auteur d’une quarantaine d’ouvrages, Michel dédicaçait encore son dernier livre à la fête de l’Humanité et il y a trois jours encore.

 

Sa disparition est un coup au cœur. Il nous laisse le souvenir de sa belle personne, ses livres, ses combats, ses rêves. Nous te continuerons, camarade.

 

 

 

Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF

mis en ligne le 14 octobre 2021

 


4 mars 2021
A l'occasion du centenaire du PCF les communistes de l'Indre ont décidé de rendre hommage à 100 ans de luttes du PCF au travers des portraits de 33 femmes communistes du Département de l'Indre. De Yolande RAPOPORT qui s'engagea dans la résistance dès ses 19 ans, décorée de la légion d'honneur et bien connue dans le département, aux portraits non exhaustifs d'autres femmes oubliées de l'Histoire, parce que femmes, parce que communistes, ce livre rend hommage à leurs engagements.

 

Un livre de 60 pages riche de nombreuses photos, illustrations, articles de presse... au cœur de l'histoire politique, sociale et culturelle de notre pays, de notre département.

 

il sera présenté à l'occasion de la journée de lutte pour les droits des femmes de ce mois de mars 2021, en présence de "plusieurs témoins" de cette histoire le samedi 6 mars à 15h00 à la Fédération de l'Indre du PCF, 3 rue Henri Devaux 36000 CHATEAUROUX.


 

 

Et si on construisait ensemble

notre futur et celui de notre pays ?

C’est tout l’objectif de ce site internet qui se veut un outil collaboratif aux mains de chacun.e.

Rendez-vous sur https://www.lafranceencommun.fr/

pour en savoir plus et participer



violences contre les femmes :

vos contacts dans l'Indre c'est ici